"Nouveau millénaire, Défis libertaires"
Licence
"GNU / FDL"
attribution
pas de modification
pas d'usage commercial
Copyleft 2001 /2014

Moteur de recherche
interne avec Google
Quand l'Afrique viendra nous civiliser
entretien avec Serge latouche

Origine : http://www.lalignedhorizon.org/html/textes/sl/entretiencharliehebdo2000.htm

Paru dans Charlie hebdo-mercredi 21 juin 2000

"L'économie africaine n'est pas fondée sur une logique marchande mais sur le lien social"

Serge Latouche est professeur d'économie. Spécialiste de l'Afrique, il tente de comprendre comment un continent qui aurait dû être détruit par la guerre économique mondiale parvient malgré tout à s'en sortir. Dans son dernier livre1, il raconte une Afrique sans coups d'état, sans guerre civile, où les gens réinventent en permanence l'économie sociale. Une Afrique qui pourrait nous apprendre à nous en sortir, nous aussi, quand le marché nous aura explosé au nez.

Charlie Hebdo: Les Africains seraient-ils plus heureux qu'on ne le croit?

Serge Latouche: Si l'on se fie aux rapports de la Banque mondiale, c'est fluctuant : une année l'Afrique est au fond de la misère, l'année suivante ça décolle, après ça retombe dans la misère... C'est normal, la Banque mondiale essaye d'avoir une vision vaguement optimiste, ne serait-ce que pour montrer que ses plans d'ajustement structurels donnent des résultats. Mais, de temps en temps, il lui faut quand même se réajuster sur la réalité. Et la réalité est catastrophique, puisque les indices économiques de l'Afrique sont dérisoires. Aujourd'hui, elle représente un peu plus de 1% du PNB mondial, Afrique du Sud comprise. Autrement dit, rien. Alors, comment peut-on vivre avec rien ? C'est un paradoxe, pour un économiste.

Donc, il y a un truc ?

Oui. l'Afrique vit hors économie, essentiellement par la débrouille. Et cette débrouille fonctionne en grande partie sur une logique non marchande, du don, de la réciprocité. J'ai tenté, sur une banlieue de Dakar, de mesurer les résultats de ce système en faisant une évaluation économique « à l'occidentale » : ça multiplie le niveau de vie de trois à cinq fois. Comme on part de très bas, ce n'est pas la prospérité, mais ça explique pourquoi on voit des gens qui font la fête, des enfants souriants. Et qui ne sont pas tous faméliques...

Mais les famines, les guerres civiles, c'est une réalité.

C'est vrai, mais l'Afrique n'en a pas le monopole. Si l'on veut faire des statistiques macabres, compte tenu de la taille du continent, le nombre de massacres n'y est pas tellement supérieur à la moyenne mondiale. Ce qui est supérieur à la moyenne mondiale, c'est l'image qui est donnée de l'Afrique. Elle n'est vue que comme le lieu de la corruption, des guerres civiles, des génocides, des coups d'État militaires. Les rapports de la Banque mondiale épinglent toujours la corruption des chefs d'État africains. Mais la corruption, c'est la chose au monde la mieux partagée. On voit l'Afrique à travers une grille de lecture fortement ethnocentrique. D'ailleurs, si, au lieu de lire les économistes, on lit les anthropologues, on a une vision totalement différente.

« La famille,c'est en moyenne trois cent personnes »

Existe-t-il un " système économique " africain ?

Il y a une société africaine, dans laquelle il y a ce que nous, nous considérons comme de l'économie. Et, bien évidemment, elle est atypique, puisque la production de biens et de services est totalement insérée dans la vie sociale. Les gens ne font pas la séparation entre ce qui serait social et ce qui serait économique. Dans les banlieues africaines, où les activités salariées sont quasiment inexistantes, les gens se livrent à toutes sortes de trafics, d'échanges, de cadeaux, de contre-dons. On trouve des individus qui ont une façade officielle, qui s'intitulent par exemple menuisier-parce qu'ils ont eu une formation plus ou moins professionnelle en la matière mais qui feront tout autre chose que de la menuiserie. D'où certains malentendus lorsque des experts bien intentionnés viennent leur dire que, pour développer leur production, améliorer leur chiffre d'affaires, ils doivent rationaliser leur activité... Évidemment, ça ne marche pas, puisqu'en fait ces menuisiers n'en sont pas vraiment. Et c'est un peu la même chose pour tout.

Notre logique économique est donc à côté de la plaque?

Complètement. On a implanté en Afrique des entreprises modernes : la plupart ont fait faillite, faute de clients. Comme Bata, à Dakar, par exemple. Ça ne veut pas dire que les Sénégalais ne portent pas de chaussures, mais il y a des centaines de petits artisans qui, avec des pneus de récupération, font des chaussures faut à fait fonctionnelles à des prix défiant toute concurrence. De la même façon, les transports publics, quand ils fonctionnaient, fonctionnaient à perte. Alors, bien évidemment, la Banque mondiale a dit : "ce n'est pas rentable, il faut les privatiser". Et comme ça n'intéresse personne d'acheter une ligne de bus, il n'y a plus de transports publics. Mais il y a des camions bringuebalants, peinturlurés, dans lesquels, pour quelques centimes, on peut faire 10 ou 15 km. La logique économique occidentale a échoué, mais les besoins fondamentaux de la population sont assurés par l'économie de la débrouille. Et cette économie peut fonctionner là où la nôtre ne fonctionne pas, précisément parce qu'elle repose sur des réseaux sociaux Ça se passe en quelque sorte en famille, dans une société où la famille, c'est en moyenne trois cents personnes.

Mais les Africains n'ont-ils pas envie d'avoir des grosses bagnoles, des magnétoscopes, des portables ?

Bien sûr que si, ils en ont envie. On est malgré tout dans le village mondial, avec des images qui circulent, la publicité, et les désirs qui vont avec. Et même si l'Afrique ne peut plus matériellement représenter un marché important pour le reste du monde, il n'empêche que les multinationales ne dédaignent pas ce marché, si minime soit-il. C'est ainsi que depuis quelques années, alors qu'on a pris des mesures draconiennes, en particulier aux États-Unis, contre les trusts de fabricants de cigarettes, ces mêmes trusts ont multilié par 10 leurs ventes en Afrique . Et évidemment, aucune loi pour défendre le consommateur. Les sollicitations pour les produits pour lesquels on peut encore trouver un marché - cigarettes, alcool et, pour une petite clientèle, les voitures, les télés - sont énormes. Mais les gens qui n'en ont pas n'en souffrent pas. En tout cas, ils en souffrent beaucoup moins, me semble-t-il, que dans d'autres régions du monde.

" L'homme n'est pas un individu isolé face à l'avarice de la nature"

Dans nos banlieues, par exemple ?

Oui. Ou dans les banlieues des villes latino-américaines, où la solitude est beaucoup plus forte, où la perte du sens de la collectivité est plus grande et où, par conséquent, la nécessité de produits de consommation se fait bien plus sentir. En Afrique, on n'est jamais seul. Chaque fois que je vais dans une maison africaine, je vois toujours vingt ou trente personnes agglutinées devant un poste de télé. Et même si chaque Africain avait son téléviseur, ce qui est peu pensable, ils continueraient à se mettre à vingt ou trente autour. Parce que, regarder la télé, ce n'est pas le rapport d'un individu face à une image, c'est un cérémonial collectif. De la même façon, si chaque Africain avait son automobile, on s'entasserait quand même à sept ou huit dedans.

Est-ce qu'on peut dire quand même que l'Afrique est occidentalisée ?

Oui, largement, tout en restant très africaine. Aujourd'hui, l'occidentalisation s'appelle mondialisation. Au siècle dernier, on ouvrait le marché avec des canonnières, aujourd'hui, plus besoin de canons, le Fonds monétaire international et la Banque mondiale se chargent d'ouvrir au forceps les économies réticentes. En fait, l'occidentalisation de l'Afrique, ça veut dire d'abord la plonger dans la guerre économique mondiale. Et elle n'est pas armée pour se défendre. Une des récentes décisions de l'Union européenne, comme vous le savez, a été de décréter que le chocolat est un produit dans lequel il n'y a pas de graisse de cacao. Ce qui a pour effet de plonger l'économie de la Côte d'Ivoire, ou du Ghana, dans une situation encore plus dramatique. La conséquence, c'est que certains planteurs ont décidé d'arracher leur cacao et de planter du haschich. Il y a un bel avenir pour l'Afrique dans l'économie mondiale, mais dans l'économie occulte et criminelle. D'ailleurs, certains pays, comme la Somalie, se sont déjà lancés dans cette voie, avec l'industrie de l'enlèvement, la réception de produits à haute toxicité, la drogue, etc.

Imaginons que notre système économique s'effondre. Le " modèle " africain peut-il apporter une solution ?

Oui. D'abord aux Africains, puisqu'il a fait ses preuves sur place. Il a démontré que l'Afrique était capable de survivre, même en étant économiquement détruite et inexistante. Cette expérience peut servir à d'autres sociétés qui seraient dans une situation dramatique comparable. Les sociétés africaines, malgré toutes les destructions qu'elles subissent, ont toujours tendance à se reconstituer sur le primat du social, en partant du principe quel'homme n'est pas un individu isolé face à l'avarice de la nature, à laquelle il doit arracher ses marchandises, mais que la production de nourriture, de biens, est d'abord un problème collectif. Et non le problème d'un Robinson Crusoé abandonné tout seul sur une île,comme le prêche le capitalisme. Ça ne veut pas dire que si, demain, notre système s'effondre, nous soyons capables d'appliquer la solution africaine. Car, pour le coup c'est nous qui sommes beaucoup moins armés: il nous faudrait réinventer, retrouver le lien social et, au sein de ce lien social, produire les biens et les services dont nous aurions besoin. Peut-être serions-nous obligés de faire appel à des experts africains. Ça changerait...

"Il y a une leçon à tirer de l'Afrique"

En gros, c'est : le jour où les Africains viendront nous civiliser...

En quelque sorte. J'imagine tout à fait des éleveurs massaï venant nous expliquer que la beauté des bêtes, c'est beaucoup plus important que d'en faire des usines à lait. L'Afrique, dans la logique de la globalisation, aurait dû être rayée de la carte. Malgré tout, elle survit. A partir de là, il y a une leçon à tirer. Cela ne veut pas dire que c'est un modèle de vie ou de société, il n'y a pas que des choses formidables dans la culture africaine, et la soif de pouvoir existe chez tous les humains. Simplement, dans une situation de crise, il y a peut-être, de la part de ceux que nous avons situés au plus bas dans l'échelle du mépris, quelque chose à entendre.

Propos recueillis par Gérard Biard


1- L'Autre Afrique, entre don et marché (Albin Michel).


YYPF nbsp;Mesdames talon haut démarrage raquettes matte de longues bottes code la taille de la hautechaussures de talon marron 33 BXwXUd

SKU-43771-dts710
YYPF  Mesdames talon haut _démarrage raquettes matte de longues bottes code la taille de la haute-chaussures de talon ,marron, 33
YYPF  Mesdames talon haut _démarrage raquettes matte de longues bottes code la taille de la haute-chaussures de talon ,marron, 33

Beuchat Mundial Competition 47/48 HR3XiK

adidas Chaussures Tubular Shadow Knit BB8818 adidas soldes Edi4d

Aide à l’animation

Documents

Chaussures Djinns noires Fashion unisexe 4GgF8L

adidas Chaussures de football Chaussures Nemeziz 173 Fg Noir H adidas soldes CR1HWC

Lutter contre la pédophilie

© 2018, Aumônerie de l’Enseignement Public Mentions légales
Réalisation: Pyrat.net Squelette Steve Madden Sandale RACHEL7181 Or Rose 40 Or XgmeCOd
propulsé par
Dernière mise à jour du site: vendredi 6 juillet 2018

YYPF nbsp;Mesdames talon haut démarrage raquettes matte de longues bottes code la taille de la hautechaussures de talon marron 33 BXwXUd

SKU-43771-dts710
YYPF  Mesdames talon haut _démarrage raquettes matte de longues bottes code la taille de la haute-chaussures de talon ,marron, 33
YYPF  Mesdames talon haut _démarrage raquettes matte de longues bottes code la taille de la haute-chaussures de talon ,marron, 33

A la une

  • WordPress Carousel Free Version
    Le Programme de Réduction des Emissions Atiala Atsinanana-Madagascar (PRE AA) a été approuvé par le Fonds Carbone lors de la 18ème réunion à Paris du 20 au 22 Juin 2018.…
  • Tanteraka ny Alatsinainy 25 Jona 2018 lasa teo, ny fihaonan’Adriamatoa Guillaume Venance RANDRIATEFIARISON, Minisitrin’ny Tontolo Iainana, ny Haivoary ary ny Ala, tamin’ireo mpiasa teto anivon’ny Minisitera. Niompana tanteraka tamin’ny fifanakalozan-kevitra,…
  • WordPress Carousel Free Version
    Dans le cadre de la mise en œuvre du FEM (Fonds Environnemental Mondial), son Assemblée se tiendra pour la 6ème réunion à Da Nang Vietnam, du 27 au 28 Juin…
  • Antananarivo, 15 juin 2018. Madagascar bénéficie de l’appui du «Fonds Vert du Climat» pour la mise en œuvre du projet «Paysages Durables dans l’Est de Madagascar». Sous l‘égide du Ministère…
  • WordPress Carousel Free Version
    La journée du 17 juin de chaque année a été adoptée par les Nations Unies comme «Journée Mondiale de lutte Contre la désertification» date à laquelle la convention de Nations…
  • La séance de passation de pouvoir entre la Ministre sortante Johanita NDAHIMANANJARA et le Ministre entrant Guillaume Venance RANDRIATEFIARISON s’est tenu ce 13 juin 2018, dans les locaux du Ministère…
  • WordPress Carousel Free Version
    Le Programme de Réduction des Emissions Atiala Atsinanana-Madagascar (PRE AA) a été approuvé par le Fonds Carbone lors de la 18ème réunion à Paris du 20 au 22 Juin 2018.…
  • Tanteraka ny Alatsinainy 25 Jona 2018 lasa teo, ny fihaonan’Adriamatoa Guillaume Venance RANDRIATEFIARISON, Minisitrin’ny Tontolo Iainana, ny Haivoary ary ny Ala, tamin’ireo mpiasa teto anivon’ny Minisitera. Niompana tanteraka tamin’ny fifanakalozan-kevitra,…
  • WordPress Carousel Free Version
    Dans le cadre de la mise en œuvre du FEM (Fonds Environnemental Mondial), son Assemblée se tiendra pour la 6ème réunion à Da Nang Vietnam, du 27 au 28 Juin…
  • Antananarivo, 15 juin 2018. Madagascar bénéficie de l’appui du «Fonds Vert du Climat» pour la mise en œuvre du projet «Paysages Durables dans l’Est de Madagascar». Sous l‘égide du Ministère…
  • WordPress Carousel Free Version
    La journée du 17 juin de chaque année a été adoptée par les Nations Unies comme «Journée Mondiale de lutte Contre la désertification» date à laquelle la convention de Nations…
  • La séance de passation de pouvoir entre la Ministre sortante Johanita NDAHIMANANJARA et le Ministre entrant Guillaume Venance RANDRIATEFIARISON s’est tenu ce 13 juin 2018, dans les locaux du Ministère…
  • WordPress Carousel Free Version
    Ady amin'ny fiovaovan'ny toetr'andro
  • 20ème Colloque International en Évaluation Environnementale
  • WordPress Carousel Free Version
    Atrika'asa nasionaly ho an'ny seham-piariana "Bambou"
  • Visite de Mme Le Ministre - Parc National de la Baie de Baly à Soalala
  • WordPress Carousel Free Version
    Journées Informatives sur la Lutte contre le Changement climatique
  • Fankalazana ny Andro maneran-tany ho an'ny Tontolo iainana ho an'ny Faritra Analamanga
  • WordPress Carousel Free Version
    Fankalazana ny andro maneran-tany ho an'ny Tontolo Iainana, Faritra Atsinanana sy Alaotra-Mangoro
  • Fitsidihana nataon-dRamatoa Ministra tamin'ny Departemanta iadidiny tao amin'ny Faritra Atsinanana
  • WordPress Carousel Free Version
    Fifanankalozan-kevitra notanterahin'ny MEEF mikasika ny PSE
  • Ady amin'ny fiovaovan'ny toetr'andro
  • WordPress Carousel Free Version
    20ème Colloque International en Évaluation Environnementale
  • Atrika'asa nasionaly ho an'ny seham-piariana "Bambou"
  • WordPress Carousel Free Version
    Visite de Mme Le Ministre - Parc National de la Baie de Baly à Soalala
  • Journées Informatives sur la Lutte contre le Changement climatique
  • WordPress Carousel Free Version
    Fankalazana ny Andro maneran-tany ho an'ny Tontolo iainana ho an'ny Faritra Analamanga
  • Fankalazana ny andro maneran-tany ho an'ny Tontolo Iainana, Faritra Atsinanana sy Alaotra-Mangoro
  • WordPress Carousel Free Version
    Fitsidihana nataon-dRamatoa Ministra tamin'ny Departemanta iadidiny tao amin'ny Faritra Atsinanana
  • Fifanankalozan-kevitra notanterahin'ny MEEF mikasika ny PSE

Les Actualités

WordPress Download Manager

WordPress Download Manager - Best

[ Zapatillas Emporio Armani 278077Cc29900010T38 FpmM1
]
< L’Encyclopédie ‎ | Djinns Homme Chaussures / Baskets Chunk Spotted Gum PJbqMkml0M
La bibliothèque libre.
D’Alembert , Chaussures Noël bleues fille Sgqfi
L’Encyclopédie, 1 éd.
( Tome 15 , 518 - 519 ).
STIGMA
STIGMITES
dictionary L’Encyclopédie, 1 éd. D’Alembert , Diderot 1751 V Tome 15 Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 15.djvu Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 15.djvu/1 518-519

STIGMATE, voyez Fleur .

Stigmates , organes extérieurs de la respiration de plusieurs insectes, principalement des chenilles. C’est M. Malpighi qui a reconnu le premier cette organisation. Les chenilles ont sur chacun des douze anneaux du corps, à l’exception du second, du troisieme du dernier, deux taches ovales, une de chaque côté, placées plus près du ventre que du dos: ces taches sont imprimées en creux dans la peau, bordées par un petit cordon le plus souvent noir. Ces taches sont jaunes dans certaines chenilles, dans d’autres elles ont une couleur blanche. La petite ouverture, qui est au milieu de chacune de ces taches, communique à un poumon particulier, de sorte que les chenilles ont neuf poumons de chaque côté, ou plutôt neuf paquets de trachées qui composent le poumon, qui s’étendent chacun tout le long du corps.

M. Malpighi a découvert que ces organes servoient à la respiration des chenilles, en les couvrant d’huile ou d’une matiere graisseuse quelconque, alors l’insecte tombe en convulsions sur le champ. Mais si on ne met de l’huile que sur un certain nombre de stigmates , les parties voisines de celles qui sont huilées deviennent paralytiques par la privation d’air, souvent l’insecte meurt quelque tems après. On tient cependant sous l’eau un ver à soie pendant des heures entieres, sans le faire mourir; il reprend ses forces sa vigueur en le remettant à l’air en l’exposant au soleil. M. de Reaumur croit que c’est parce que l’eau ne peut pas pénétrer dans les stigmates , comme l’huile, que l’air qui se trouve renfermé dans le creux de chaque stigmate empêche que l’insecte ne soit suffoqué. M. Malpighi croyoit que l’air entroit sortoit par les stigmates ; mais M. de Reaumur a découvert depuis par des expériences réïtérées en plongeant une chenille dans l’eau, que l’air avoit son issue par de très-petites ouvertures répandues sur tout le corps, qui communiquent à de petits canaux, que ces canaux ont communication avec les trachées dont il a été fait mention. Mém. pour servir à l’hist. des insectes, par M. de Reaumur, tome I. n °. 3. Voyez Insecte .

Le juge français peut également décider, selon cette même conviction, de retenir comme suffisante (donc fondée) une preuve théoriquement invalide (au cas où son altération partielle par une irrégularité procédurale n'est pas de nature à compromettre entièrement sa validité ni son utilisation pour raisonner sur les faits). Toutefois avant de prendre cette décision, le juge peut suspendre ou reporter un procès et demander un complément d'enquête, ou demander à entendre d'autres témoins, afin d'établir les conditions et la portée réelle de l'altération de la preuve: s'il n'est alors pas possible de le déterminer ou si aucun autre témoin ne peut apporter cet éclairage avant la cloture du procès, qui ne peut être repoussée indéfiniment, la preuve mise en doute ne sera finalement pas retenue; son absence (si cette preuve non retenue était à charge et si le complément d'enquête n'a pas apporté d'autre preuve fondée à charge) conduira finalement à la décision d'acquittement ou de relaxe «au bénéfice du doute».

En droit anglo-saxon, le juge fonde sa décision sur les preuves d'une culpabilité «hors de tout doute raisonnable» (en anglais, beyond all reasonable doubt ). Cette notion de « doute raisonnable » (où le terme «raisonnable» ne doit pas être compris comme impliquant une quelconque «certitude morale », où celui qui décide de l'existence de ce doute raisonnable tiendrait compte de son opinion personnelle fortement affirmée dans ses propres choix de vie, ni même que la raison de ce doute soit «sérieuse», «substantielle» ou «suffisante» comparativement aux faits reprochés et jugés) n'est pas reconnue en droit français, sous lequel le juge est autorisé à statuer selon son « intime conviction ». Le terme «tout» (en anglais, all ) revet ici une grande importance en droit anglo-saxon, car il a pour conséquence d'invalider entièrement une preuve si celle-ci a été l'objet d'une altération même partielle. Cela peut conduire à ne pas retenir du tout le témoignage d'une personne dont certains éléments se seraient avérés douteux: la vérité complète et la non-altération des témoignages revet alors une bien plus grande importance en droit anglo-saxon (même si en droit français les témoins sont aussi appelés au procès à «jurer de dire toute la vérité, rien que la vérité», le juge français pourra décider de retenir leur témoignage qui ne résulterait pas d'une démarche volontairement malhonnète de leur part, en leur demandant de les expliquer à nouveau au regard des doutes établis et d'établir alors leur position). En conséquence, le droit anglo-saxon sanctionne alors beaucoup plus sévèrement le faux témoignage (quand il résulte d'une altération volontaire) lors d'un procès, puisque aucun doute n'est toléré pour justifier les décisions rendues: l'acquittement ou la relaxe «au bénéfice du toute» y est donc beaucoup plus automatique puisqu'il n'est pas possible de retenir des preuves seulement «suffisamment convaincantes» (contrairement au droit français où le bénéfice du doute est plus rarement rendu).

Accueil > Travail de l'ingénieur > Gestion des risques > Notions de base et principes de l'évaluation des risques > Le processus d'analyse et d'évaluation des risques > Définir les objectifs et la portée de l'étude

Publié en mai 2011

Mis à jour en décembre 2014

S elon la phase du cycle de vie des systèmes, des installations ou des ouvrages sous étude, des objectifs spécifiques d’analyse de risques peuvent être recherchés. Quelques exemples sont énumérés ci-dessous.

Phases d’identification de concept, définition/conception et développement

Identifier les principaux éléments qui contribuent au risque ainsi que les facteurs significatifs associés.

Fixer un ou des critères de conception et estimer l’adéquation de la conception globale.

Identifier et évaluer les mesures de sécurité possibles au niveau de la conception.

Fixer un ou des critères pour l’estimation du caractère acceptable des installations, activités ou systèmes potentiellement dangereux.

Rassembler des informations permettant d’aider le développement de procédures pour les conditions normales et d’urgence.

Évaluer le risque en termes de prescriptions réglementaires et autres.

Év aluer d’autres alternatives de conception.

Phases de construction, d’installation, d’exploitation et d’entretien:

Surveiller et évaluer l’expérience acquise afin de comparer le niveau de performance réel aux prescriptions pertinentes.

Fixer un ou des critères pour optimiser les procédures de fonctionnement normal, d’entretien et d’urgence.

Mettre à jour les principaux éléments qui contribuent au risque ainsi que les facteurs d’influence.

Documenter le niveau du risque pour une prise de décision opérationnelle.

Évaluer les effets des modifications de structure, d’organisation, d’usage, de procédures opérationnelles et de composantes du système.

Cibler les efforts de formation.

Phase de mise au rebut ou de mise hors service:

Évaluer le risque relatif aux activités de mise au rebut du système et s’assurer que les exigences correspondantes peuvent être remplies.

Fournir des données d’entrée aux procédures de mise au rebut.

D éfinir clairement la portée de l’étude des risques permet de guider le travail d’analyse et réduit ainsi les possibilités que les résultats soient facilement remis en question. Pour ce faire, il est souhaitable de définir et de formuler le domaine d’application de l’analyse du risque afin de produire un plan d’analyse du risque dès le début du projet. Il est souhaitable d’inclure, dans la définition du domaine d’application du risque, les éléments suivants:

En Bretagne, pour engager la guerre contre Septime Sévère, Clodius Albinus avait dégarni la frontière du nord entre ce qui est aujourd’hui l’Angleterre et l’Écosse. Ceci permit aux tribus calédoniennes de pénétrer profondément en territoire romain, y faisant des dommages considérables. Une fois la guerre civile terminée, Rome entreprit de sécuriser à nouveau la frontière. À cette fin, Septime Sévère vint lui-même en Bretagne à la tête d’une imposante armée considérable espérant étendre la domination romaine au nord du mur d’Adrien . Les escarmouches se multiplièrent de 209 à 211 sans qu’une victoire décisive ne puisse intervenir. Après la mort de l’empereur le 4 février 211, Geta et Caracalla, les deux fils qu’il avait emmenés avec lui et qui se détestaient profondément, décidèrent de rentrer à Rome poursuivre la querelle de la succession. Ce fut la fin de l’expansion territoriale de Rome en Bretagne où devait régner par la suite une paix précaire [ 48 ] , [ 49 ] .

Denier d’argent de Sévère Alexandre dont la pureté fut diminuée de 46.5% à 43%.

L’un des points marquants de la période des Sévères fut l’importance grandissante que prirent les questions de sécurité et la croissance des dépenses militaires. Il devait en résulter de graves conséquences pour les finances de l’État et par conséquent l’économie de l’empire. En particulier, la croissance drastique des couts en personnel de l’armée empêcha de conduire une politique monétaire stable. Les légionnaires virent leur solde croître considérablement et les donativa ou versements occasionnels devinrent de plus en plus couteuses, de même que les primes de retraite (20000 sesterces sous Caracalla). Selon Cassius Dion, les réformes militaires de Sévère auraient valu au Trésor un supplément de dépenses de 70 millions de sesterces [ 50 ] qui se traduisirent par des dévaluations monétaires ainsi que l’accroissement des charges à la fois pour les particuliers et pour les villes.

Cette politique de puissance et d’expansion territoriale, amorcée sous Septime Sévère et poursuivie sous Caracalla, ne pouvait avoir que des conséquences désastreuses pour les politiques fiscales et économiques et conduire à la chute de la dynastie sous Sévère Alexandre [ 51 ] . La problématique de cette priorité donnée aux militaires devait être résumée dans le conseil donné par Septime Sévère à ses fils sur son lit de mort: «Vivez en harmonie, enrichissez vos soldats et ne vous occupez pas du reste» Diamant Damen Tanzschuhe 141087084 Chaussures de Danse de Salon Femme 6gRebNXNW
. Septime Sévère n’accrut pas seulement l’importance politique de l’armée, mais aussi son importance numérique en créant trois nouvelles légions [ 53 ] . De 137000 à 150000 hommes à la mort d’Auguste, les effectifs passèrent à de 180000 à 200000 hommes au début du III e siècle [ 54 ] . Une légion fut stationnée aux environs de Rome, mettant ainsi fin à la tradition qui se perpétuait depuis l’avènement de l’empire à l’effet de ne pas stationner de légion en Italie. L’obligation annuelle de verser des tributs pour acheter la paix aux frontières greva également les finances publiques Asics Chaussures Gel Lyte 5 EU H6Q4L5151 Asics soldes ISTBcoYm
.

Actualités

Vie de l’AEP

Aide à l’animation

Documents

Boutique

Archives

Lutter contre la pédophilie

© 2018, Aumônerie de l’Enseignement Public Mentions légales
Réalisation: Pyrat.net Squelette SoyezCréateurs propulsé par
Dernière mise à jour du site: vendredi 6 juillet 2018